Plein phare sur l'actualité

Le blog de netrezo

Reprise économique : l’entreprise a-t-elle raison de délaisser la communication sur les réseaux sociaux ?

reseaux sociaux et reprise economique

Le rebond économique stresse les entreprises autant que le confinement

Voilà tout un paradoxe en ces temps de reprise d’activité des entreprises, en particulier des TPE et PME. Avant, on avait pas l’envie de communiquer maintenant on a plus le temps. C’est un peu le serpent qui se mord la queue.

Beaucoup d’entreprises lors du confinement ou bien lors de crises précédentes (comme en 2008 , certes moins impactante sur le social média qui était marginal), se sont retrouvées en difficultés car elles n’étaient pas armées avec les outils de communication actuels. Dans le meilleur des cas, elles ont du dans la précipitation recourir aux moyens du moment pour essayer de rattraper le temps perdu en ouvrant des canaux de communication sur les réseaux sociaux afin de rester en contact avec leurs clientèles. D’autres sont restées frileuses soit par manque de budget ou de lisibilité dans les aides garanties, soit parce qu’elles n’avaient tout bonnement pas envie de se lancer.

Aujourd’hui, on ne parle plus de stress de chiffre d’affaire car la donne est inversée. Les entreprises n’ont plus le temps de s’occuper de leur communication car elles sont souvent débordées, manquent de ressources humaines et passent ce point là au second voire au troisième plan. Elles ne souhaitent plus communiquer par peur de ne pas pouvoir répondre aux sollicitations de nouveaux clients car la chaîne de production est engorgée, les délais de livraisons explosent et les carnets de commandes sont pleins.

Et pourtant, c’est une erreur stratégique !

Effectivement si aujourd’hui on ne se pose pas la question de remplir le carnet de commande, on en oublie la question essentielle des valeurs et de la réputation de l’entreprise. C’est comme si la reprise passait le savoir-faire et le savoir-être au second plan.

Mais qui vous a dit que les réseaux sociaux servaient uniquement à remplir vos bons de commande ? Les plateformes sociales sont avant tout une relation privilégiée avec vos clients et contribuent à rassurer sur le sérieux, la qualité, la relation d’une entreprise avec ses consommateurs. Si le site internet est votre vitrine, les réseaux sociaux eux représentent l’intérieur de votre magasin, l’échange avec vos collaborateurs et la relation que vous pouvez développer au fur et à mesure avec vos clients les plus fidèles.

On perçoit parfaitement dans les tendances social média et dans les aspirations de la génération Z, vous savez celle qui prend petit à petit les commandes de la consommation, qu’il s’agit d’un sujet primordial voire obligatoire dans leur choix. Les valeurs d’une marque, sa capacité à mettre en scène son ADN et sa différence sont des tendances de fond dans les demandes des consommateurs. Si aujourd’hui, on ne se pose pas la question car on arrive pas à suivre le mouvement, qu’en sera-t-il demain ?
Et demain cela peut être rapidement, très rapidement là.

Accroître sa présence sur les réseaux sociaux est nécessaire

Si la reprise économique est un facteur de stress tout autant que le confinement l’a pu être, on conseille aux entreprises de profiter de ce moment d’euphorie pour se positionner stratégiquement sur les réseaux sociaux pour plusieurs raisons :

– la première est évidemment une question de réputation. Lorsque ce moment d’emballement économique va retomber, seuls ceux qui auront pris les devants marqueront les consommateurs. Les autres trop stressés, qui n’ont pas eu le temps de se concentrer sur leurs clients, perdront forcément en visibilité auprès de ces derniers lorsque l’attention se focalisera sur les plus présents.

– la seconde est économique. L’augmentation du chiffre d’affaire de l’entreprise permet d’investir stratégiquement sur l’avenir alors que pendant des mois, l’entreprise parfois sous perfusion, avait du mal à pouvoir abonder un budget sans aides exceptionnelles. Être visible c’est une engagement sur du long terme. Les consommateurs ne réagissent pas en fonction des aléas économiques d’une entreprise mais plutôt en fonction de leurs propres besoins à un moment donné.

– la troisième est sociétale. Investir la communication social média n’est pas un pari fou mais une nécessité en 2022. Les générations à venir et quelque soit le modèle de réseau social qui se dessine dans les prochaines années, utiliseront des moyens numériques de plus en plus performants et de plus en plus viraux pour communiquer avec leurs proches et avec le monde économique. L’explosion de l’utilisation des réseaux sociaux pendant le confinement est une réponse à un besoin plus qu’à un divertissement. Il est fort à parier que les ventes via ces plateformes vont grandir et devenir le futur emplacement d’une consommation digitale décomplexée. Ne vous méprenez pas, consommer local n’est pas forcément opposé au consommer digital; il s’agit avant tout d’une prise de conscience du consommateur d’un critère de qualité et de rapidité. Une entreprise qui échange en ligne avec un client de proximité en répondant rapidement à son besoin, aura très certainement gagné sa confiance.

Quelle est la solution à court terme ?

Les entreprises doivent à court terme s’appuyer sur une externalisation tant qu’elles ne peuvent pas recruter elles-mêmes les ressources nécessaires en communication. Il s’agit vraiment de mettre en avant le professionnalisme d’une entreprise pour garantir sa réputation sur le long terme.
Il est important de définir une stratégie de communication adaptée à la situation actuelle afin de pouvoir garder le lien avec les consommateurs et éviter des surchauffes du côté d’un bad buzz ou d’une e-réputation désastreuse : le service client n’est pas réactif, l’entreprise ne répond pas à nos demandes, impossible de savoir si tel ou tel service est possible.

En 2021, 76% des français utilisent les réseaux sociaux et y passent près d’une heure et demie par jour…

Vous avez aimé cet article ? Faite en profiter à tout votre réseau !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Et pour continuer la lecture...