Ne perdez plus le fil grâce à nos articles

Nous décortiquons les meilleures pratiques pour vous !

Le blog des réseaux sociaux, de l'internet et de la mobilité.

Pour ne rien manquer, abonnez vous à notre flux RSS ou à notre Newsletter.

Flux RSS : Souscrire

  • Frank

    Liberté, information et réseaux sociaux

    Classé dans Réseaux sociaux,Blog

    Source: Article du monde sur @sweden du 21/02/2017

    Frank Peirone


    Sommes nous vraiment sous l'influence des réseaux sociaux en matière d'information ?

    La manipulation de l'information est elle devenu une norme sur les réseaux sociaux et en particulier sur Facebook et Twitter. Récemment l'affaire du "Savez vous ce qu'il est arrivé vendredi soir en Suède" au cours d'un discours de D. Trump a démontré que l'information peut être savamment manipulée pour coller à l'actualité.

    Capture Ecran 11

    En effet, il semble que cette phrase de Donald Trump soit due à une information d'une chaine américaine qui affirmait que la Suède avait le plus fort taux de viols en Europe. Le rapport entre immigration et délinquance n'avait plus qu'un pas pour dénoncer ces comportements dans un pays réputé très calme avant l'accueil de millions de migrants.

    Mais voilà, la chaine américaine qui a répandu cette idée sur les réseaux sociaux a simplement omis de donner des informations en toute impartialité. C'est vrai, la Suède a le taux le plus élevé de viols en Europe mais ceci depuis 2005, bien avant l'arrivée des migrants et principalement parce que le Suède a changé sa loi concernant la qualification de viol, dont le champs est beaucoup plus large que dans d'autres pays. Les dénonciations sont également beaucoup plus importantes qu'en France, où les femmes (ou les hommes) ont plus de mal à porter plainte. 

    A nous de vérifier et contre vérifier les affirmations ou les informations tronquées sur les réseaux sociaux. Il est difficile de juger une information tant qu'elle n'a pas amené un réflexion et qu'on ait pas un maximum d'éléments pour démêler ce qui peut être vrai de ce qui peut être faux.

    La parole citoyenne a-t-elle droit de citer sur les réseaux sociaux ?

    Prenons à nouveau le cas de la Suède. Ce pays est le premier au monde à donner la parole à ses citoyens sur son compte Twitter et ce depuis 2011. Prendre la parole, ce n'est pas commenter mais vraiment s'identifier. En effet, depuis 2011, chaque semaine un citoyen suédois gère le compte twitter officiel du pays. Farfelu ? Pas vraiment, dans un monde où l'individu est gommé par la masse, il n'est pas inintéressant d'avoir des informations s'enchainant avec autant de sensibilités différentes. La réaction ou l'information d'un individu lambda sur quelque sujet que ce soit ouvre le débat citoyen. Transparence oui et non. Cela ouvre des risques de dérapages bien sûr mais l'exposition d'une seule personne face au groupe ne joue-t-elle pas aussi un rôle d'autocensure ?

    Le but premier de ce compte est de donner une image citoyenne de la destination et d'essayer de ne pas vendre du rêve mais bien d'humaniser le territoire. Ce sont de vrais gens avec de vraies réflexions et leur propre sensibilité qui donnent une image plus réelle de la destination. 
    https://twitter.com/sweden

    Compte Twitter Sweden

    On pourrait transposer cette idée par exemple à un département. 
    Imaginons que des administrés gèrent à tour de rôle pendant une semaine le compte Twitter officiel d'un département français en donnant toutes les couleurs et sensibilités des personnes qui résident sur le territoire. Le débat serait il plus riche en amenant des informations, des idées et des réflexions qui ne sont pas juste "politiquement" correctes ? L'orientation que donneraient les habitants à leur environnement serait elle foncièrement différente de celle voulue par une stratégie décidée à leur insu ? Les politiques touristiques, économiques, culturelles en seraient durablement modifiées. Chaque individu a sa propre sensibilité, donner la parole à tour de rôle pendant un temps peut clairement modifier nos façons de voir les choses sur un territoire. 

    La majeure pattie d'entre nous n'est elle pas en quête d'authenticité lors de ses vacances ou cherchons nous uniquement ce que l'on veut bien nous dire ? N'est il pas plus important de promouvoir ceux qui vivent une destination au quotidien que de surenchérir sur son plus beau profil ? Cette attitude ne déshumanise-t-elle pas chaque jour un peu plus le lien social que l'on veut tisser au travers des réseaux ?
    Il en est de même pour les médias, l'orientation que donnerait chaque citoyen à une empreinte territoriale ne modifierait elle pas le discours de la presse ? Est il plus important de mettre en avant à la population le bilan des accidents du jour que de faire la promotion des individus au service de leur territoire ?

    Il n'est pas question ici de donner une réponse mais juste de se poser la question et d'amener le débat sur l'expression sur les réseaux sociaux. L'information doit elle être vérifiée et distribuée par la masse ou bien distillée par un petit nombre ? Les réseaux sociaux sont un espace d'expression unique dans l'histoire de l'humanité, il est important qu'ils n'en soient pas réduit à un organe officiel de communication.

    Sommes nous vraiment impartiaux sur les réseaux sociaux ?

    Mais non justement, personne ne peut affirmer cela. La récente extension de Chrome "Data-Selfie" démontre bien le contraire. Chacun d'entre nous observe, like et partage l'information d'une façon bien unique sur Facebook, En utilisant data selfie, on se rendra bien compte que notre "moi", influence directement notre comportement de navigation sur le réseau social et que dans le même temps Facebook peut influencer notre comportement en fonction de nos amis. 

    Le Data selfie nous renvoie à ce titre en pleine figure l'image que l'on véhicule de soi sur les réseaux sociaux. Les réactions face à une information sont largement dictées par notre comportement social qui ne peut être différent sur un réseau qui se veut social.

    Capture Ecran 12

    Evidemment, il faut faire preuve de discernement pour toute information..tout est question d'interprétation. Ce n'est pas un individu qui peut décider de ce qui est vrai ou faux, bien ou mal; somme toute c'est comme si toute information passait par Tripadvisor et que la masse des réponses dégageait une idée consensuelle qui s'apparenterait à une forme de véracité..mais pour autant doit on faire confiance à une plateforme..ne serait elle pas tentée d'influencer les résultats...

    Aller plus loin sur la stratégie sociale : stratégie et réseaux sociaux