Ne perdez plus le fil grâce à nos articles

Nous décortiquons les meilleures pratiques pour vous !

Le blog des réseaux sociaux, de l'internet et de la mobilité.

Pour ne rien manquer, abonnez vous à notre flux RSS ou à notre Newsletter.

Flux RSS : Souscrire

  • Photo Arnaud Augier

    Fan d'une destination : suis-je une personne ou un chiffre ?

    Classé dans Réseaux sociaux,Blog

    Arnaud Augier


    Mais que se passe-t-il sur certaines pages Facebook de destinations qui n'arrivent pas à décoller en terme d'engagement ?

    J'aime une page Facebook pour qu'elle me donne envie de découvrir une destination ou bien parce que je me reconnais dans les publications pour avoir vécu certaines situations en ce même endroit. Or si la destination ne me montre qu'une communication monocorde, les rouages se grippent.

    Facebook est un réseau social et lorsqu'on parle de réseau social, on suppose qu'il y a une interaction entre des fans et une page. Si je suis simple spectateur figé dans la béatitude, je vais vite me lasser. Peu d'implication signifie un engagement en berne. Fan de la destination (à priori), je souhaite pouvoir m'impliquer en produisant du contenu, en donnant mon avis, en posant des questions. Je m'attends à ce que la destination m'accorde de l'attention et réponde à mes demandes.

    fan d'une destination

    Facebook est un monde égocentrique; en s'inscrivant sur le réseau social, on accepte implicitement de rentrer dans la règle du jeu. Qui ne rêve pas un jour d'être mis en lumière par sa destination touristique préférée ? Qui ne souhaiterait pas que sa photo de la journée prise quelque part sur le territoire soit reprise par une page officielle ? C'est une forme de reconnaissance de la destination envers ses visiteurs et clients qui produisent gratuitement du contenu sur son territoire. Dans la communication social media, les internautes ont pris le pouvoir. Aussi ne pas faire attention à eux est une erreur stratégique.

    Quand les destinations se regardent d'un peu trop prés

    Le problème c'est qu'au delà de l'égocentrisme des réseaux sociaux, c'est le nombrilisme qui touche certaines destinations. Elles rapportent tout à elles-même sans se soucier de savoir si le socionaute s'y retrouve. A trop se regarder dans la glace on en oublie les gens autour. La force d'un community manager est d'arriver à être l'interlocuteur entre la destination et la communauté, et apporter surtout à cette communauté l'assurance d'être écoutée et de se reconnaître dans les publications. A trop vouloir se mettre en avant, on en oublie l'essence même d'un réseau social, celui de se rapprocher de la communauté, d'être plus humain, plus accessible.

    destination sur Facebook

    Faire découvrir ou redécouvrir sa destination sur une page Facebook, c'est la mettre en scène avec les acteurs de tous les jours. C'est un peu une plongée dans le réel et on sait pertinemment que le réel n'est pas un monde parfait, bien lisse et bien huilé. Aussi, on ne peut pas communiquer sur une page Facebook comme sur une brochure touristique. A trop vouloir faire pro, on éveille les soupçons des internautes sur la véracité de ce que l'on raconte, sur la spontanéité des images mises en scène. L'internaute se pose la question sur l'intérêt même de ce que vous publiez. Essayez-vous de vous rapprocher de la communauté, ou vous faîtes vous plaisir ?

    Une page Facebook n'est pas une chaine de TV où l'on est simple spectateur de la technicité de la destination (pourquoi les chaines TV essaient-elles de se rapprocher des réseaux sociaux ?). C'est un espace interactif entre des individus et une entreprise, une destination. J'ai également envie de parler de la destination et pour cela je m'efforce de faire des photos, des vidéos pour mettre les contenus à disposition. Si mon contenu est mis en scène sur la page, c'est le Saint Graal. J'informe mes amis que mon contenu est repris sur la page de ma destination de vacances, je vais naturellement augmenter la portée virale de la page.

    Je m'attends à voir d'autres personnes et d'autres publications que celles de l'organisme officiel. J'ai envie d'authenticité, de créativité, d'une vraie expérience utilisateur. Rien n'est plus frustrant pour un internaute de n'avoir qu'un point de vue, et aucune réponse à sa question.
    "Super vos vidéos avec le montage parfait , vos photos pro de photographes, votre évènement auquel je dois absolument participer...mais est ce que je peux simplement avoir la réponse à ma question ?"

    Il est important de se mettre dans la peau de l'internaute. Quel est le but de suivre une page Facebook si ce n'est de rentrer plus facilement en contact avec la destination...mais on a l'impression du côté de certaines destinations que l'enjeu se situe plutôt sur le fait d'avoir une communauté plus importante que le voisin, de prouver que l'on a plus de fans que l'autre et au final d'en oublier le sens premier du réseau social : la communication avec les internautes.

    Au monde de l'entreprise d'en prendre aussi conscience. Avant de s'engager dans une communication sur les réseaux sociaux, il faudra se poser la question sur sa capacité à accepter l'interaction avec les internautes